[Défi #2] Bilan de mon défi marathon : merci, je suis marathonien !


Défi, Marathon / mercredi, septembre 19th, 2018

Bilan de mon défi marathon

En complément du VLOG où vous pouvez revivre la course en vidéo en 3min, je tenais à vous partager mes sensations par écrit 😉

Quelques chiffres pour commencer…

Avant de vous décrire toute l’histoire de mon épreuve, je vous résume quelques chiffres clés :

Chiffres clés complets

[H-4h45] Le jour J

4h45 du matin. Le réveil sonne. Le grand jour est arrivé. J’ai cette idée folle en tête depuis le début de l’année : courir mon 1er marathon avant mes 30 ans. Cela fait désormais 8 semaines que je suis mon plan et que je m’entraîne activement. J’ai le sourire aux lèvres en me levant rien que de penser à la journée qui m’attend. Je suis à la fois impatient et stressé. Comme toutes mes affaires sont déjà préparées, je débute ma journée avec ma routine habituelle du matin. Puis, j’enchaîne en me préparant un petit déjeuner. Consistant mais pas trop copieux non plus. Des oeufs, une tranche de dinde, des noix, des amandes, des céréales, une banane et un grand verre d’eau. Je respecte le principe de manger au moins 3h avant le début de l’épreuve pour éviter tout problème de digestion. Je vérifie une dernière fois ma “checklist” pour me rassurer avant de charger la voiture.

[H-3h15] Le départ direction Colmar

Il est 6h15 du matin, nous partons direction Colmar. Je dis “nous” car c’est ma compagne qui a pris le volant. Je suis chanceux d’avoir eu un chauffeur pour l’occasion 😉. A cette heure là, un dimanche matin, la route est quasiment déserte. Le soleil se lève tranquillement alors que de mon côté, j’ai déjà les yeux bien ouverts.

Direction Colmar

[H-2h] Arrivée à Colmar

Un peu plus d’une heure de route après le départ, nous arrivons à destination. Il est 7h30. Le parking est presque vide. J’ouvre la porte de la voiture et il fait frais. Ma compagne profite de notre avance pour se reposer dans la voiture. De mon côté, je marche quelques minutes en direction du point de retrait des dossards. La fraîcheur m’apaise et cela me permet au passage de me dégourdir les jambes.

[H-1h45] Récupération du dossard

La place Rapp, où tous les stands sont installés, commence tout juste à prendre vie. Je récupère mon dossard n°33 et 4 épingles pour l’accrocher. J’en profite pour discuter quelques instants avec les bénévoles. C’est là que j’apprends qu’il y aura environ 4000 participants aux épreuves de la matinée dont environ 700 pour le marathon. Ces chiffres m’impressionnent !

Récupération Du Dossard

[H-1h30] Patience

Je retourne au parking le dossard en main et j’en profite pour contempler les jolies rues de Colmar. Je croise des coureurs. Le soleil continue à se lever dans le ciel entièrement dégagé. Le parking est presque plein. La ville commence à s’animer. Je m’installe à nouveau dans la voiture, et je patiente. Le stress continue de monter. J’en profite pour faire quelques exercices de respiration ventrale.

Retour A la Voiture Avec Le Dossard

[H-1h] Dossard accroché

Il est 8h30, une heure avant le départ. Je réveille doucement ma compagne. Elle m’accroche mon dossard avec les 4 épingles. Je prends mon sac de trail qui contient 1,3L d’eau pour la course et quelques barres de céréales, 4 pour être précis. Elle prend le sien, dans lequel je lui avais préparé des vêtements chauds que je pourrai enfiler après la course.

[-20min] Derniers préparatifs

Il est 9h10, la place de la Rapp est cette fois-ci pleine et animée. Il y a de la musique et l’ambiance est au rendez-vous. Je m’assieds sur un banc pour enlever ma veste et j’en profite pour enfiler mes booster. Vous savez, ce sont ces fameuses chaussettes hautes qui permettent d’améliorer l’oxygénation musculaire pendant l’effort. Je m’échauffe très tranquillement pour faire un petit réveil musculaire.

Derniers préparatifs

[-10min] Direction la ligne de départ

J’embrasse ma compagne et elle me souhaite une dernière fois bonne chance avant de me diriger vers la ligne de départ. Je trottine tranquillement jusqu’à trouver une place parmi tous les coureurs. Pour ne pas partir trop vite, je me positionne quelques dizaines de mètres derrière le meneur d’allure de 3h30.

[-3min] Le coeur qui s’accélère

L’organisateur annonce que le départ sera dans 3 minutes. J’active mes écouteurs sur ma playlist habituelle. Je lance l’application runtastic avec un compte à rebours de 3 min et ma montre est prête à être démarrée. Tout le monde se met à sauter sur place et à taper dans ses mains.  J’ai le coeur qui bat de plus en plus vite.

Juste avant le départ

Presque…

Le compte à rebours est presque terminé. Je sens que cela va commencer et…

Top départ

…pan ! Le coup de feu retenti. J’active ma montre et c’est parti. Je démarre tranquillement en prenant soin de toujours avoir en visuel le meneur d’allure de 3h30. J’ai des coureurs tout autour de moi. Nous commençons à nous engouffrer dans la ville, les sensations sont très bonnes. Je maintiens mon rythme autour de 12km/h (soit 5min/km).

5ème km

25 minutes se sont écoulées et je n’ai pas vu passer le temps. J’ai toujours le meneur d’allure à quelques mètres devant moi et j’arrive au 5ème kilomètre. J’arrive à hauteur du 1er ravitaillement. Je suis les conseils qui m’ont été donnés et j’attrape un verre d’eau que je bois. Cela fait du bien. Je poursuis au rythme prévu. Je reçois mes premiers encouragements en direct via Runtastic, ça fait plaisir et ça me motive !

10ème km

Je vois le 2ème ravitallement qui approche. J’en profite pour boire mon 2ème verre d’eau et là j’avale de travers. Je commence à tousser une dizaine de fois. Un coureur se met à ma hauteur pour me demander si tout va bien. Je lui réponds que oui avec une voix quelque peu éraillée. On se met à discuter quelques minutes puis on se souhaite mutuellement bonne course. Je constate que je passe ce 10ème kilomètre en 54min 30s environ.

15ème km

Le soleil commence à bien chauffer. Ma casquette est bien utile et je n’hésite pas à boire régulièrement grâce à l’eau qui se trouve dans mon sac de trail. J’ai toujours de bonnes sensations et je continue au même rythme. Je suis toujours au niveau du peloton des 3h30. Je continue de recevoir, en plus du public, des encouragements d’amis qui sont connectés à Runtastic, c’est motivant !

20ème km

Ma compagne m’attend au croisement de la fin du semi-marathon et de la suite du marathon. On s’échange des regards et des sourires. Elle en profite pour me prendre en photo et me filmer. Je suis à quelques dizaines de mètres derrière le peloton des 3h30 mais je me sens toujours bien !

Milieu Du Marathon

21ème km

C’est à partir de ce 21ème que tout à basculé… J’ai eu une crampe dans chacun de mes mollets. Mes jambes n’étaient donc plus là. Plus possible de tenir le rythme. Obligé de ralentir. A ce moment précis, je regarde ma montre et je me rends compte qu’il va falloir tenir encore… 21km de cette manière. Je ne ressens pas de douleur insoutenable, juste obligé de ralentir à 6min/km (soit 10km/h) pour pouvoir continuer. Je remarque instantanément que je viens de me faire doubler par une vingtaine de coureurs. Je prends un petit coup au moral car jusqu’à présent je ne m’étais pas fait doubler où je n’en avais pas le souvenir.

25ème km

Le 5ème ravitaillement est le bienvenu. J’en profite pour bien boire 2 verres d’eau et pour repartir tranquillement. Il y a une légère montée jusqu’au 28ème kilomètre que j’arrive à monter et la légère descente qui suit est également la bienvenue. J’en profite pour détendre mes épaules. Je reçois à nouveau des encouragements en direct, cela me fait du bien de savoir que je suis soutenu par mes amis et ma famille.

30ème km

A ce stade, presque 3h se sont écoulées. Toujours impossible d’accélérer, je suis même contraint de baisse encore le rythme. A ce moment précis, j’arrive seulement à courir à environ 7min/km (soit 8,5km/h). Je bois à nouveau au ravitaillement. Je pense qu’à ce stade une centaine de coureurs m’a dépassé depuis le kilomètre 21. Je poursuis en me disant que si j’ai réussi à courir jusque là, je peux encore tenir les 12 kilomètres restants. Je sais très bien à ce moment là que l’objectif est de terminer la course et plus de tenir le timing prévu.

35ème km

Je bois à nouveau au ravitaillement suivant et je sens un léger mieux au niveau de mes jambes. J’arrive à repasser à 6min/km (soit 10km/h). Ce léger mieux me motive encore plus pour continuer car c’est la première fois depuis 15 kilomètres que je commence à doubler  à nouveau quelques coureurs.

40ème km

Je sens que je n’ai plus beaucoup d’énergie. La chaleur est encore bien présente, j’ai terminé l’eau dans mon sac et j’ai également mangé toute la nourriture que j’avais emportée. Je bois un verre d’eau au dernier ravitaillement et je continue à un rythme de 8km/h environ. Je dépasse des coureurs qui marchent. Certains sont arrêtés et s’étirent. Je dis à l’un d’entre eux :

Courage, tu as fait le plus difficile !

Je lui mets la main sur l’épaule pour le soutenir et je poursuis.

42ème km

Il ne me reste plus que 200m à parcourir mais c’est difficile. Le coureur que j’avais encouragé m’a rattrapé. C’est lui, qui à son tour, me met la main sur l’épaule droite et il me dit :

Tiens bon. Plus que 2 virages et c’est la fin !

Il reste à mon niveau sur ces deux derniers virages pour me soutenir puis il accélère.

Ligne d’arrivée

Dernière ligne droite. Je vois la ligne d’arrivée. Elle est à quelques dizaines de mètres devant moi. Le public se trouve des 2 côtés de la barrière et à ce moment là, je lève les deux bras en direction du ciel pour leur demander de m’encourager. Beaucoup d’entre eux se mettent à m’applaudir. Je retrouve un dernier regain d’énergie pour accélérer et je franchis la ligne. A cet instant je me suis dit :

Ça y est, tu l’as fait ! Tu es marathonien !

A l'arrivée

A l’arrivée

Une fois la ligne franchie, ma compagne et des amis m’attendent derrière les barrières sur la gauche. Cela me rempli de joie de les voir. Très fatigué, je leur fais juste un bref coucou. Je marche quelques instants comme cela est conseillé, avant de me mettre les deux pieds dans une fontaine remplie d’eau froid pour détendre mes pieds. Un soulagement vient remplir mon corps à cet instant.

Quelques instants plus tard, je me remets à marcher pour retrouver ma compagne. Je ne vous cache pas que j’ai dû ensuite m’allonger par terre car j’étais extrêmement fatigué. J’ai même été pris en charge par sécurité par la croix rouge. Plus de peur que de mal je vous rassure, ils m’ont libéré quelques minutes plus tard. J’avais simplement besoin de boire et de manger pour reprendre des forces. Après, je suis allé faire une petite séance de massage par deux kinésithérapeutes. C’était top ! Mes mollets m’ont dit merci 😉

C’est donc comblé de joie et de satisfaction que j’ai apprécié les instants qui ont suivi avant d’aller déguster un bon petit repas bien mérité sur Colmar.

Conclusion

Courir ce marathon a été une très belle expérience pour moi. Même si je n’ai pas réussi à atteindre l’objectif de le courir en moins de 3h et 25min, je peux vous dire que je suis très content d’avoir tenu jusqu’au bout. Comme l’a dit Fernand KOLBECK lorsque je l’ai interviewé :

C’est le mental qui prime sur le reste !

Je confirme désormais d’expérience que je suis entièrement d’accord avec lui car je vois tout à fait ce qu’il veux dire 😉

Je compte bien trouver l’origine de mes crampes pour renouveler l’expérience et je partagerai prochainement avec vous mon prochain objectif car je ne compte bien sûr pas m’arrêter là 😉

Remerciements

Je tiens vivement à vous remercie une nouvelle fois de m’avoir soutenu avant et pendant cette épreuve qui a été un moment très particulier pour moi. En effet, les encouragements que j’ai reçus du public tout le long de la course ainsi que ceux en direct, de la part de mes amis et de ma famille, m’ont été très utiles pour aller de l’avant.

Question

Avez-vous déjà couru un marathon ? Avez-vous déjà eu à faire face à des crampes lors d’une course ?

Partagez votre expérience dans les commentaires cela m’intéresse 😉

Le mot de la fin

Soyez de ceux qui testent de nouvelles distances et qui vont jusqu’au bout grâce au mental !

Coureurs motivés, je vous dis à très vite 👋

Julien

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 15
    Partages

7 réponses à « [Défi #2] Bilan de mon défi marathon : merci, je suis marathonien ! »

  1. Bonjour Julien, je découvre ton blog pour la 1e fois. Je n’ai pas encore couru la distance marathon mais c’est le défi que je me lance pour la saison 2019 😉 Concernant les crampes, il y a plusieurs paramètres qui entrent en jeu parmi lesquels déshydratation et manque de minéraux (notamment sodium, magnésium et potassium). Il n’y a pas de plan d’hydratation universel, c’est à chacun d’expérimenter et de trouver ce qui lui convient. J’en parle dans mon blog, tu y trouveras surement des pistes qui te seront utiles 😉 Elodie – Recettes de sportif

    1. Bonjour Élodie,
      Merci bien pour ton commentaire, c’est très gentil de ta part.

      C’est un beau défi que tu te lances en 2019 : bravo !
      Sais-tu déjà dans quelle ville est-ce que tu vas le courir ?

      Je te remercie pour tes conseils par rapport aux crampes, c’est intéressant.

      Je vais aller lire les compléments sur ton blog pour approfondir ce sujet, merci 😉

      Je te souhaite une très bonne préparation 👍

      Sportivement,
      Julien

  2. Salut Julien, bravo d’avoir terminé. Tu es loin de ton objectif de 3h25 mais c’est ton premier c’est dommage car avec un chrono de 40′ sur un 10 tu as largement le potentiel de ton objectif. Mais le marathon est une course très particulière, la moindre défaillance et c’est fini, on termine oui, mais pas dans l’objectif.
    Encore bravo, persévères, tu es un passionné c’est l’essentiel

    1. Salut Dédé,

      Merci bien pour ton commentaire, c’est gentil. Tes encouragements me font plaisir.

      Je suis d’accord avec toi : le marathon c’est une course particulière.
      Je vais effectivement persévérer pour faire mieux la prochaine fois 😉

      Et comme dirait Thomas Edison : « La façon la plus sûre de réussir est d’essayer une nouvelle fois ».

      Bonne continuation à toi 😉
      Julien

    1. Merci pour ton commentaire Sébastien !
      Je te dis également bravo pour être allé au bout de ton 1er marathon malgré le mur que tu as rencontré.
      Ton récit était intéressant.
      Bon entraînement et bon run !
      Avec beaucoup de motivation,
      Julien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.