L’entraînement en montagne est-il utile pour la course sur route ?


Trail /

Contexte

Salut Les Coureurs Motivés, Je vous propose de découvrir aujourd’hui la vision d’un ami traileur sur l’entraînement en montagne. Je le laisse donc s’exprimer librement sur mon blog. Après la lecture de l’article, je vous invite à donner votre propre avis en commentaire, ça m’intéresse. Je vous souhaite une agréable lecture. A très bientôt, Julien

L’entraînement en montage est-il utile pour la course sur route ?

“C’est l’instinct qui nous dit quand il faut changer de stratégie.” Je suis Timothée du blog courir-libre-en-montagne.com. J’aide les passionnés de Trail (course en montagne) à progresser dans leur vie et dans ce magnifique sport grâce à la montagne. Aujourd’hui, j’écris un article invité sur le blog de Julien.

Les bienfaits de la route

Nous sommes d’accords, courir sur route vous permet de développer une meilleure foulée, adopter la meilleure technique, devenir endurant et donc être performant. Mais comme partout, lorsqu’on fait un sport, il y a des périodes de stagnation. Au début on progresse fort, on bat ses records à chaque sortie, mais au bout de quelques années, la stagnation apparaît et on commence à être lassé.

La complémentarité

Pour éviter de subir cette période vous avez peut-être essayé le vélo, la natation ou d’autres activités pour ne plus vous ennuyer tout en progressant. L’avantage à cela en plus de garder la motivation, c’est que vous travaillez différemment. C’est Einstein qui disait :
La folie c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent”.
En travaillant un autre geste, vous ne travaillez pas les mêmes muscles et parfois plus en profondeur. C’est génial de faire ça, c’est pourquoi les triathlètes sont excellents dans tous leurs sports. En plus du volume d’entraînement qu’ils s’infligent, chaque sport complète l’autre. J’’ai un ami qui m’a dit :
“C’est fou, les triathlètes doivent travailler trois sports en même temps et ils sont quand même bien plus performant que certains sur un seul sport”.
Ce à quoi j’ai pu répondre :
“Alors oui et non”.
C’est sur qu’il faut une certaine détermination pour enchainer trois sports de cette façon. Mais la complémentarité de chaque sport leur permet d’éviter la stagnation. Il y a beaucoup de coureurs professionnels qui font du vélo de temps à autre.
Le vélo rend heureux !

3 bonnes raisons de pratiquer un sport complémentaire

  • Agrandir sa marge de progression ;
  • Rester en forme (éviter les blessures) ;
  • Garder le moral (plus de lassitude).
Pour ma part, je fais du trail (course en montagne). Mais je peux vous assurer que j’ai fait des heures et des heures de course à pied sur le plat et notamment sur route pour développer des aspects où j’étais très mauvais. J’ai eu la chance d’avoir une foulée assez médiocre et une technique du haut du corps plutôt étrange. En effet, je ne faisais que courir en montagne ou escalader, je n’avais jamais vraiment travailler cet aspect de l’entraînement. J’ai donc pris la décision (après avoir vu une vidéo de ma course plutôt moyenne) de courir sur le plat. J’ai fait des éducatifs (les gammes), j’ai couru des heures et des heures à faible allure sur le plat en me concentrant sur ma foulée puis j’ai fais du fractionné. Car jusque là, je l’avais toujours fait en montée.

Résultats des courses

Une meilleure technique, moins de problèmes de genoux (dû aux descentes en trail) et un travail musculaire différent. Car oui, j’ai ressenti de nombreuses courbatures aux mollets et aux ischios au début. Vous l’aurez deviné, tout cela m’a rendu plus économique énergétiquement sur mes courses de montagne, j’ai vraiment progressé en adoptant la course sur route.

Qu’est-ce que j’essaye de vous dire ?

Si cela marche dans un sens, il est évident que cela marche dans l’autre sens. Si j’ai pu m’améliorer en montagne en courant sur le plat, alors vous devriez pouvoir vous améliorer sur le plat en courant en montagne.
Pour le bonheur des yeux, pour reposer le mental.

Pourquoi devriez-vous courir en montagne ?

Il est évident que vous allez travailler d’autres muscles. Les descentes ne vont être que des douleurs pour vos quadriceps et les montées vont tirer sur les muscles à l’arrière de la jambe (biceps fémoral et semi-membraneux). De plus, si vous avez l’habitude des blessures, assurez-vous qu’en plus des massages, alimentation impec ou d’étirements, la montagne va atténuer tous ces problèmes. Nous nous sommes posés la question suivante avec un ami, laquelle de la course sur route ou de la course en montagne est la plus sollicitante pour le corps. Pour la course sur plat, courir sur route est très traumatisant pour les jambes. En Trail, nous nous sommes dit que le terrain “mou” devait rendre l’impact du pied moins violent. Mais en descente c’est assez dur pour le corps. Il faut savoir qu’à chaque impact sur une pente assez raide, le corps absorbe plus de deux fois le poids du corps. Après réflexion, on en a conclu qu’il était mieux de faire un petit peu des deux pour éviter les blessures et puis de toute façon, ces deux sports restent très complémentaires.

Un exercice important que tu sois sur route ou en montagne

  • Si tu es en montagne, tu dois faire du fractionné sur route. Pour apprendre à aller vite. Cela ne s’improvise pas, si tu n’es jamais allé vite, tu n’iras jamais vite. Et le seul moyen de dépasser tes limites de vitesse, c’est sur le plat.
  • A l’inverse si tu es sur route, tu dois faire du fractionné en montée (en côte). Déjà parce que il y a parfois quelques côtes sur les courses, il faut pouvoir les anticiper. Mais aussi et surtout car les muscles et le cœur sont sollicité d’une autre façon en montée. Au début, je vous conseille de prendre de longs temps de récupération. Petit à petit vous pouvez les réduire, mais c’est vraiment en faisant une courte accélération et une longue récupération que vous allez progresser. Même s’il faut faire un peu de tout, pour les débuts, c’est ce qu’il y a de plus efficace et de moins douloureux.
Enfin, ce que je vais vous partager maintenant n’est qu’une théorie : “Dans le cerveau, nous avons des connexions synaptiques. Lorsqu’on apprend à courir, c’est à force de refaire toujours le même geste que l’on devient performant techniquement. C’est dans la répétition que notre cerveau associe certaines connexions synaptiques avec d’autres. Courir en montagne va selon moi créer des connexions synaptiques différentes de celles développées en course sur route. De cette manière, vous créez beaucoup plus de connexions synaptiques, elles ont donc plus de chance de se relier entre elles et ainsi vous permettre de progresser énormément.”

Surtout du plaisir !

Si le fait de courir sur le plat vous lasse un peu, allez en montagne. Si le fait de courir en montagne vous lasse, courrez sur le plat. Dans tous les cas, il faut suivre ses envies et essayer de prendre un maximum de plaisir tout en progressant. Clique ici pour découvrir comment prendre du plaisir dans la course à pied. Merci d’avoir pris le temps de me lire et à très vite ! Timothée ps : Désormais c’est à vous de jouer, partagez votre avis en commentaire 😉    
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.